Le 1er août 2023 nous entrons dans un nouveau cycle de 13 lunes.

Pour changer par rapport à l’année passée, je vous offre ces treize lunes inspirées par le livre  « 13 Mères Originelles » de Jamies Sams.

Celle-qui-parle-avec-ses-relations

Nous sommes tous unis. Nous sommes toutes liées.( Pensez-y, la somme c’est bien le résultat d’une addition…)

Tout ce qui nous entoure fait partie de nos relations, de notre famille. C’est l’essence même de la Roue de Médecine.

Je ne suis pas séparé(e) de la rivière, du ciel, du ver de terre ou des étoiles. Cette impression de séparation est un leurre à la base de bien des conflits.

Comment pourrions-nous être séparé.es de l’eau que nous buvons ou de l’air que nous respirons? Comment arrivons-nous à croire que nous sommes séparé.es de la nourriture que nous mangeons?

C’est cette illusion de séparation qui permet la pollution, la destruction de l’environnement, ou la maltraitance des animaux de boucherie, la « domestication » des enfants, le non-respect de nos vieux, ou des gens « différents » (race, handicap, culture etc.)

Celle-qui-parles-avec-ses-relations nous enseigne que nous sommes tous frères et soeurs et que nous nous devons le respect, la gratitude, la bienveillance, l’entraide les uns envers les autres. En ces temps troublés, où partout résonnent la guerre, le conflit, la famine, la peur de l’autre, elle nous montre notre interdépendance avec toute chose et notre responsabilité envers ce monde et envers les générations futures.

Nous devons retrouver cet équilibre et ouvrir notre coeur à toutes nos relations. Nous ne serons plus jamais seuls! Nous pourrons rêver un meilleur Rêve pour notre planète.

Retrouvons les mots et les gestes de la gratitude et même de la révérence envers tout ce qui vit.

Chaque fois, posons-nous la question: il est vrai que nous sommes capables de creuser ce puits, de rouvrir cette mine, d’utiliser cette nouvelle technologie…Est-ce que cela est la meilleure chose à faire en terme de conséquences sur nous, nos familles, nos tribus, nos sociétés, l’environnement, la nature, les générations à venir, nos frères et soeurs humains et non-humains?

La terre est notre mère, faut-il vraiment la maltraiter pour en tirer notre subsistance? Comment pourrions-nous faire autrement? Nous avons déjà su avoir une meilleure relation avec elle. Peut-être devrions-nous interroger notre notion de « progrès ».

Le ciel est notre père, faut-il vraiment lui cracher de la pollution au visage ?

La rivière est notre soeur, doit-on vraiment lui balancer nos poubelles en amont pour que nos enfants les retrouvent en aval ? (ils devront les « avaler »)…

Les animaux et les plantes sont  aussi nos frères  soeurs, comment pourrions-nous retrouver le respect  dans nos relations avec eux (même si nous les mangeons…)?

Nos médias sont remplis de mauvaises nouvelles qui nourrissent notre sentiment de séparation et notre impuissance. Cela peut nous faire oublier combien la terre est belle, merveilleuse et combien la vie est un précieux privilège. Retrouver le sens de cette lune, de notre lien avec notre foyer, notre famille planétaire nous aidera à sortir de notre folie individuelle et collective. Savoir que nous sommes toutes et tous des relations, faire l’effort de se re-lier, et avoir de la considération pour le Vivant en nous et autour de nous, nous montrera notre prochain pas.

Je vous invite, durant ce mois, à vous promener et vous dire intérieurement quand vous rencontrez quelqu’un, ‘tiens voilà mon frère, ma soeur…’. Quand vous respirez, dites merci. Quand vous buvez et manger, faites un avec ce qui entre en vous. Quand vous expirez, imaginez que vous redonnez le meilleur de vous-même au monde.

ho!